Mais est ce que…?

La vie, ma naissance, le hasard génétique, mes relations, ma culture, mon éducation m’ont affublé de défauts. De qualité aussi, même si je n’arriverai pas à en nommer beaucoup.

Mais le trait de caractère qui me pourrit le plus la vie en ce moment peut aussi bien être une qualité qu’un défaut, selon moi. Et en ce moment, c’est un vrai défaut que je traîne comme un boulet, ne trouvant plus la balance juste pour qu’il agisse comme une qualité, un moteur, un avantage.

MA REMISE EN QUESTION PERPETUELLE.

Toujours. Est ce que je fais bien? Est ce que je ne me trompe pas? Est ce que je m’occupe bien d’elle, de lui? Suis-je équitable? Est ce que je fais bien à manger? Est ce que je cuisine varié? Est ce que je m’améliore en couture? Est ce que je suis une bonne mère, bonne amie, bonne épouse? Est ce que les choix que je fais sont les bons? Est ce que j’ai eu raison ou tort?

Toujours. En ce moment pas une seule de mes actions, de mes pensées, ne se fait sans ce dialogue intérieur. MAIS EST CE QUE JE FAIS COMME IL FAUT -pour moi- ? EST CE QUE JE POURRAIS M’AMELIORER? FAIRE MIEUX?

Quand c’est avec parcimonie, sur les choses importantes, j’aime à considérer que c’est utile à me rendre meilleure. A savoir tout simplement que j’ai tort, je que je peux changer, m’améliorer sur ce que je trouve important. Ca aide à accepter les critiques aussi, les écouter.

Mais quand c’est 100% de temps, c’est bouffe-moral. Et je m’enfonce.

EST CE QUE JE SUIS UNE BONNE MERE? LA question. Selon ce que j’attends de mon rôle bien évident. Suis la mère que je voudrais?

C’est ce qui m’occupe le plus les pensées en ce moment!

Je pense d’ailleurs avoir fait fuir quelqu’un qui a cru que je ne pensais qu’à rendre mes enfants meilleurs que les autres, et qui du coup ne me parle plus vraiment de ses enfants de peur que je fasse une échelle alors que parler des différences ne rend pas forcément l’un ou l’autre meilleur, juste différent, normal.

Exemple : ma nièce, 2 ans de moins que TitBonhomme a commencé le poney cette année. TitBonhomme ne fait rien cette année. Pas d’atelier d’éveil musical dans les environs, trop petit pour commencer le foot ou le basket, et je trouvais le poney trop onéreux, et impossible à gérer avec La Souricette si jamais soucis de poney qui s’emballe, pb pour récurer les sabots, bref, je n’avais pas envie de faire les choses à moitié avec lui. Or c’était impossible de le faire qu’à nous deux.

Exemple 2 : les gens ont du mal à comprendre que TitBonhomme aille à la cantine alors que je suis à la maison. Chose que je ne devrais absolument pas justifier, étant moi même au point avec mes raisons de le faire et en voyant TitBonhomme heureux de fonctionner comme ça. Mais en ce moment, même sur ça je doute!

Exemple 3 : Quand on me dit « Tu as de la chance, TitBonhomme est un enfant facile, tu n’a pas de boulot » « Il est tellement gentil l’arrivée de sa petite soeur a du passer inaperçue! »…et là…je me dis…certes…TitBonhomme est un enfant sympa, mais heu, j’y suis pt un peu pour quelque chose non?! En vrai?! Pt que j’ai rien lâché depuis 4 ans et demi? Pt que j’étais derrière lui sans arrêt pour qu’il soit poli, qu’il respecte les autres? Non? Non? NON?! En fait il s’est éduqué tout seul et je n’ai rien fait?!  Même ça j’arrive à en douter, même s’il est évident qu’il a sa part de caractère à lui aussi!

Et concernant sa soeur, le mois horrible qu’il nous a fait en juillet, c’est le hasard? Le mois où j’ai bataillé, rien lâché, prouver mon amour, démontré que rien ne changeait, lui faire comprendre que j’étais toujours commandante en chef, l’aider à trouver sa nouvelle place ni bébé ni adulte le pourquoi du comment c’est interdit/permis/, ne pas le négliger, rester des heures à mi chemin entre la maison et la piscine avec l’un dans la piscine et l’autre pleurant à l’intérieur pour ne pas qu’il pense qu’on l’oublie? Je SAIS et pourtant je doute.

Est ce que je m’occupe assez d’eux, est ce qu’on fait assez de choses, sont-ils épanouis, heureux?

Je me sens pas très patiente, fatiguée, usée, du coup je culpabilise encore plus des fois où j’ai pu déraper et mal gérer une situation en haussant plus vite le ton que nécessaire.

MA vie en dépend. C’est maladif et grave! Au fond ça dénote encore que je ne suis pas sûre de moi, on en revient toujours là!

Et je pourrais vous faire un topo sur chaque aspect de ma vie! La chose qui me rassure, c’est que c’est vraiment un combat intérieur et que j’arrive à ne pas le transposer de manière négative sur les enfants.

Quoiqu’il en soit, on pourrait s’attarder des heures, mais ces remises en question perpétuelles, bénéfiques quand elles ne sont pas perpétuelles et pour chaque choses justement, qui me permettent d’entendre ce que les autres me disent, sont pénibles en ce moment!

Faut que je vous laisse, je doute sur la composition du menu de ce soir, c’est cornélien! flûte!!

Tranquille sur la cabane en construction

Tranquille sur la cabane en construction

J’ai deux mois…et 1 jour!

Hier, j’ai eu deux mois!

2 mois que je suis sortie du bidon de maman! Il est temps de faire un petit bilan :

-Je pèse 4kg400 et mesure 56cm : j’ai quand même pris 1.15kg et 5.5cm depuis mon arrivée, c’est pas si mal.

– Je suis plutôt longue et je ne fais pas de gras. Les cuisses potelées, c’est pas pour tout de suite. J’ai pris un peu des joues quand même, pour dire!

– Finalement, maman peut respirer, elle n’aura pas à me payer des implants sur tout le haut de la tête, ça commence à pousser il parait. Il paraît hein, parce que je peux pas vérifier encore! Il paraîtrait toujours par contre que derrière je suis pas mal fournie!

– On m’a dit que j’avais les cheveux qui fonçaient. Je suis plus châtain que blonde maintenant, mais j’ai toujours des reflets roux quand je m’énerve (ça va bien avec mon teint rouge dans ces cas là, j’aime bien)

– Mes yeux changent. Ils ne sont plus si bleus. Maman espère que j’aurais les yeux de papa. Papa s’en fiche. Mamie voudrait que j’ai les yeux de mon frère.

– On dit que je ressemble à maman. J’ai l’impression que maman n’aime pas ça du tout. Elle dit qu’elle espère pas, elle ne se trouve pas vraiment jolie et digne d’avoir une enfant qui lui ressemble…quel fardeau.

– Je ne dors que sur le ventre. Voilà. c’est dit. le grand interdit est transgressé en long en large et en travers. C’était ça où je ne dormais jamais, ou que sur Maman. Ils ont arrêté de me contrarier et ça a été tout de suite mieux. Ils ont bien tenté de me mettre sur le dos la nuit, mais je faisais tellement le bazar qu’une nuit,  en pleurant, maman a craqué et mise sur le ventre. Depuis ce jour, je suis bien moins pénible là nuit, et je dors plus longtemps.

– Je souris! J’aime bien faire mon sourire canaille, ça fait beaucoup rire maman. Et je souris encore parce que tout le monde adore! Et même que souris avec mes yeux.

– Je parle..bon…juste « aaa » ou « eee », et des débuts de « arheu »…tout le monde applaudit à chaque fois! alors je fais mon sourire canaille et je recommence! Je fais des petits « hiii » aussi, je roule le rr dans ma bouche, et quand maman fait pareil, je répète.

– J’ai déjà une idole : TitBonhomme. Celui là,il est trop fort, j’adore tourner la tête pour le regarder et le suivre des yeux! Il est rigolo celui là! Et puis j’aime bien ses calins et quand il me regarde. Alors je lui souris, et là il part en courant en criant « Maman maman elle m’a sourit ». Il me lit déjà des histoires!

– Je bats des bras et des jambes quand je suis contente et qu’on me parle, c’est passionnant! Maman fait semblant de me faire parler, ça fait beaucoup rire titbonhomme et je suis encore plus contente

– J’éternue, ça me fait sourire.

– J’essaye d’attraper les choses c’est pas très facile, mais je progresse. Maman dit aussi que j’ai pas choisi le jouet le plus facile, pff! Il est trop beau ce gros cube en peluche, pas ma faute!

– Je bois 5 biberons par jour.

– Je suis déjà la star à l’école.

– J’aime déjà beaucoup la musique. Contrairement à TitBonhomme, j’ai beaucoup d’intérêt pour les sons et la musique. Surtout quand maman chante. Ca, elle pourrait chanter toute la journée, ça serait top. Mais faut qu’elle apprenne d’autres chansons!

– Je suis pas fan du landau! L’écharpe, ou le porte bébé, c’est mieux!

– J’ai mal au bidou et je régurgite, mais ça va encore.

– Par contre, qu’est ce que je bave, pfff!

– J’aime bien l’eau. La boire. Pour le bain, je ne suis pas encore décidée. Faut dire maman me le donne le soir, quand je suis énervée! Pas simple!

– Maman me parle de la crèche. Je vais bientôt y aller. Maman reprend le travaille la semaine prochaine, et je vais bientôt commencer l’adaptation les vendredis. C’est papa qui s’en chargera, puisque c’est lui qui devra me gérer le vendredi. Maman est inquiète. Maman n’a pas envie de me laisser. Elle sait que ça va bien se passer, mais mal au coeur de me laisser 2 jours déjà. Même si un seul jour en collectivité. Elle n’est pas prête mais elle n’a pas le choix.

Par contre, j’ai eu mes premiers vaccins aujourd’hui, et ça j’aime pas!

photo_pas_ecole

I’ll Be Back…

I swear!

vous parler de

– comment j’ai été trop gâtée!

– comment ma fille est déjà une star!

– le comportement du grand, de comment l’été est déjà terriblement long pour lui

– le comportement du papa

– son comportement à elle

– son comportement à moi (étroitement lié aux comportements des trois sus-nommés!)

mais pour l’instant, je courre, je vire, je broie du noir, je ris, je cherche à me faire greffer un troisième bras, je tente de tout cumuler!

farniente, mais pas pour tout le monde!

farniente, mais pas pour tout le monde!

 

Rencontre, Réconciliation, Séparation

Si je devais résumer en trois mots la naissance de ma doudoute et les jours qui ont suivis, ça serait avec ceux là :

Rencontre : cet instant si unique où, enfin, on voir l’être qu’on imaginait depuis 9 mois. La joie de la voir, enfin. De la toucher, enfin. La surprise, aussi, moi qui ne m’attendais tellement pas à une chevelure si claire, ni à des yeux si bleus. Le soulagement, se dire qu’on a réussi, qu’elle va bien.

Réconciliation : avec l’accouchement. Le premier m’avait laissé un arrière goût dans la bouche : peur, anxiété, soucis…j’allais vers celui-ci à reculons…peur que mon corps encore une fois ne fasse pas correctement ce qu’on attendait de lui, peur toujours de ne pas gérer cette douleur, peur que ça se termine comme au premier : forceps, épisio géante, grosse hémorragie, délivrance artificielle, ne pas tenir mon bébé plus d’une minute dans les bras.

Finalement avoir mal, longtemps, mais savoir gérer la douleur. Avoir une super sage femme qui m’a boosté et qui était heureuse d’être avec nous, qui m’a donné une patate d’enfer. Une sage femme qui m’a fait confiance sur mes ressentis. Un col qui a travaillé ce coup ci, une doudoute motivée pour naître qui s’est engagée en 15min top chrono alors qu’elle était très haute. Avoir été au taquet et tout ressentir pour la sortir. Etre debout sans effort quelques heures à peine après l’accouchement et se sentir tout de suite prête à rentrer à la maison.

Séparation d’avec TitBonhomme qui a été purement et simplement un enfer. Le voir pleurer en partant le soir, pleurer aussi, pleurer rien qu’en pensant à lui, et cette envie de s’échapper pour le retrouver….faire difficilement semblant devant lui.Avoir été très touchée par le dessin plastifié qu’il m’a ramené concoté avec la maîtresse et l’atsem, accompagné d’un petit mot de chacune d’elle, pour souhaiter la bienvenue à ma louloute…

photo_bb

04-07-13 à 5h50 / 50.5cm / 3.250kg

Frère en devenir

Je me prépare à devenir maman à nouveau au fur et à mesure que mon bidon grossit.

L’amour grandit, se démultiplie déjà, prêt à exploser à l’arrivée de ma petite tornade.

Jamais la peur de ne pas l’aimer autant que TitBonhomme.

Plutôt celle de ne pas pouvoir m’en occuper pareil. De regretter par la suite de ne pas avoir pu faire autant que pour TitBonhomme.

Ce qui me rassure, c’est qu’elle arrivera à l’aube des grandes vacances, ce qui va nous laisser le temps à tous de se faire à cette nouvelle famille.

Ce qui me rassure aussi, c’est que TitBonhomme reprendra le chemin de l’école en septembre, ce qui me permettra de faire plus pour elle.

Reste à trouver du temps personne pour lui et moi.

Petit à petit, chacun trouvera sa place.

La papa est fidèle à lui-même, il vit cette grossesse comme la précédente : serein, sans peur ni stress, aucune appréhension de ne pas l’aimer autant, d’avoir du mal à s’en occuper, que ça sera une fille….

C’est mon TitBonhomme, qui depuis que nous lui avons annoncé l’arrivé d’un bébé à la maison, change, évolue, devient frère.

Il DEVIENT frère autant que moi je me prépare. C’est assez émouvant pour moi de voir cette transformation, déjà. Je m’attendais à du changement APRES, mais pas maintenant.

Il DEVIENT frère en m’ayant accompagné lors de l’annonce du sexe. Il a toujours voulu une soeur, le voilà servi. (il ne sait pas ce qui l’attend!)

Il DEVIENT frère en posant mille et une questions sur elle, comment elle est arrivé là, pourquoi, comment elle sera, qu’est ce qu’elle fera, comment elle mange dans mon bidon

Lui : Maman, pourquoi tu as un bébé dans ton ventre?

Moi : Parce qu’avec Papa on voulait agrandir la famille.

Lui : Ah d’accord. Mais comment tu as fait pour avoir le bébé dans ton ventre

Moi : Papa a mis une petit graine dans maman, et le bébé grandit.

Lui, sceptique : Oui mais COMMENT il a fait??

Moi (cerveau qui tourne à mille à l’heure) : Il m’a fait un gros câlin.

Lui, après réflexion, avec cet air concentré que je lui adore : Oui non mais moi quand je te fais des gros câlins je te mets pas de bébé hein!

Moi : Ah mais c’est un très gros câlin reservé aux papas et aux mamans, toi et moi quand on se fait un câlin c’est pas du tout pareil!

Lui : Ah bon d’accord!

Je suppose que ça lui a suffit il n’en a plus jamais parlé. Je remercie au passage les bouquins « Dans le ventre de Maman », « Bébé » des Kididocs qui sont tip top!

Il DEVIENT frère en disant qu’il prêtera ses jouets de bébés, qu’il lui lira des livres, qu’il prêtera ses jouets.

Lui : Oui mais faudra pas que je lui prête mes légos elle sera trop petite elle pourrait les avaler!

Il DEVIENT frère en disant qu’il participera.

Lui : Moi je lui donnerai ses desserts, j’aime bien les desserts, alors je lui donnerai!

Moi : Au début, elle boira que du lait tu sais mon loulou, il faudra attendre pour les desserts…

Lui, déçu : Ah bah non moi je veux pas donner le lait hein, parce que s’il sort de tes gougouttes ça va pas aller!! Alors je donnerai les desserts.

Ou encore

Lui, inquiet : Mais maman, moi je serais pas obligé donner les biberons et changer les couches hein. Et le bain?

Moi, mdr de la voir inquiet de devoir s’occuper de ça : Mais non chéri, tu ne seras pas obligé, tu aideras si tu as envie, mais ça ne sera pas à toi de le faire!

Il DEVIENT frère par l’affect, déjà : il me caresse le ventre, dit bonjour à moi et à sa soeur le matin (bisous maman, bisous tite tornade), viens régulièrement me faire des bisous au bidon en disant qu’il l’aime et en demandant si elle l’entend. Alors là mon coeur de maman explose, et même s’il le fait 4 fois par jour, j’ai toujours la même joie! Et ses yeux, ah, ses yeux, ce regard étonné suivit d’un grand sourire quand il l’a sentie pour la première fois!

Il DEVIENT frère en s’émancipant : il s’éloigne un peu de moi, comme s’il avait déjà compris qu’il allait falloir partager. Il me réclame moins de jeu, demandant plus à son père qu’avant, essaye de m’aider, ne m’en veux pas de ne plus pouvoir sauter et faire la nunuche comme avant, il me dit même « tu pourras le faire quand il  y aura plus le bébé dans ton ventre! », me dit qu’il aime pas que j’ai mal au ventre, mais a bien compris que ce n’était pas la faute de sa sœur. Il accepte mon état latent, ma petite absence, sans me la faire payer, toujours aussi câlin, me réclamant plus pour les choses calmes, toujours prêts à faire la cuisine avec moi, car il a bien compris que ça, c’était encore possible. Fais plus d’effort pour l’habillement depuis quelques jours.

Il DEVIENT frère en incluant déjà sa sœur à la famille : notre rituel du soir, c’est une chanson toute bidon avant de dodo, qu’on appelle « câlin famille » : on chantonne « câlin famille, câlin papa, câlin maman… » et tout y passe, de chaque animal de la maison, à toutes ses peluches du lit. On a un jour suggéré d’y ajouter sa sœur (on lui a donné le prénom dès le début), et gare à nous si maintenant nous l’oublions!

Alors mon TitBonhomme, je crois que je peux vous dire que j’en suis sacrément fière, même si je pense qu’il ne va pas forcément apprécier le débarquement de la titeTornade qui va signifier pleurs, occupations, et cie. J’essaye de lui faire comprendre qu’au début elle ne fera pas grand chose, pleurera sûrement, mais ça n’a pas l’air de le travailler plus que ça.

Mon TitBonhomme que j’aime, encore 3 mois à attendre,  je sais déjà que tu seras un grand frère merveilleux, tu me le prouves déjà à chaque instant. Tellement hâte de les voir ensemble, observer ce lien qui va se créer entre eux, que j’espère aider à rendre le plus indestructible, le plus merveilleux des liens.

PS : mon fils m’embrasse le ventre en boucle, et j’ai pas une photo!! 😦

003